Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Les réactions des vainqueurs et du jury

    Voici, en complément de La Dernière Heure – Les Sports de ce lundi, les déclarations des principaux gagnants du 61e Festival de Cannes et de quelques membres du jury

     

     

    Marjane Satrapi (à propos d’Entre les murs)

     

    « Il y a peu de choses en lesquelles je crois encore, mais l’éducation en fait partie : elle permet à tout le monde d’être moins stupide. »

     

     

    Jeanne Balibar et l’éducation

     

    « Entre les murs ne met aucun problème, aucune contradiction  de côté. C’est ça l’art : montrer quelque chose dans sa réalité la plus dure mais aussi l’espoir. Cela dit, c’est vrai qu’en France comme partout ailleurs, en matière d’éducation, il y a du boulot. »

     

     

    Benicio Del Toro partage son prix

     

    « Je ne serais pas ici sans le Che : ce prix lui revient donc aussi. Il faut respecter l’homme. » Pour le reste, Benicio Del Toro semblait plus intéressé par la chemise blanche d'une journaliste que par les questions.

     

    Walter Salles et les jeunes

     

    Venu chercher le prix d’interprétation féminine au nom de Sandra Corveloni, incapable de venir après avoir perdu l’enfant qu’elle attendait, Walter Salles a eu ces jolis mots : « Cette année, le Festival rend hommage au plus jeune des cinéastes, le centenaire Manoel de Oliveira. Et il récompense une jeune actrice de 45 ans qui fait son premier film. C’est rafraîchissant. »

     

     

    Laurent Cantet n’a pas choisi ses acteurs

     

    Laurent Cantet s’est défendu d’avoir fait un film franco-français : « Parler de l’école, cela intéresse le monde entier. » Avant d’avouer que « recevoir la Palme d’or d’un jury présidé par Sean Penn, cela signifie quelque chose. » Quant à son choix d’acteurs, il a été très simple : « On a organisé des ateliers les mercredi au collège Dolto, à Paris. Entre 40 et 50 élèves sont venus. Les 24 du film sont ceux qui ont été les plus accros, qui n’ont pas manqué les répétitions. Ce n’est pas moi qui les ait choisis, mais eux qui se sont choisis. »

     

     

    François Bégaudeau s’adresse aux vieux

     

    Acteur principal du film tiré de son propre livre, Entre les murs, François Bégaudeau n’a pas mâché ses mots : « Le film s’adresse avant tout à ceux qui n’ont plus vu une école depuis longtemps mais qui ont beaucoup d’idées très précises sur la manière d’enseigner, l’école ou les jeunes qu’on présentent souvent comme des crétins. Alors qu’ils sont souvent plus finauds que nous ne l’étions à leur âge. J’espère que ce film leur rend justice. »

     

     

     

  • Les réactions des gagnants ce dimanche soir sur ce blog

    Plus que quelques heures à attendre

     

    Ce dimanche soir sera révélé le palmarès du 61e Festival de Cannes. Pour connaître les réactions des principaux gagnants peu après, rendez-vous sur ce blog…

     

     Clint a tout compris

     

    Le phénomène est un peu paradoxal. Le public a été moins nombreux que les années précédentes aux abords des marches du Palais. Alors que les stars se sont montrées nettement plus disponibles que d’habitude. Et pas seulement en signant des autographes. Mais, par exemple, en venant à pied au milieu de la foule plutôt qu’en empruntant la limousine. Clint Eastwood  est même venu se mêler aux spectateurs lors de la projection en plein air, sur la plage, d’Inspecteur Harry. Il n’y a pas que dans l’art de raconter une histoire que Clint Eastwood a tout compris.  Un vrai grand monsieur.

    Sean Lagaf’ Penn

     

    C’est avec 200 marionnettes que les 15 manipulateurs, 2 maquilleuses, 2 habilleuses, 3 auteurs et 3 imitateurs des Guignols ont débarqué sur la Croisette. Mais ce n’est pas toujours suffisant. Comme celle de Sean Penn n’existait pas, il a fallu en vitesse transformer celle de… Lagaf’ pour la venue du président du jury du Festival sur le plateau du Grand journal. Heureusement pour lui, il n’a pas la moindre idée de qui est Lagaf’ ni à quoi il ressemble.

     

     

    Encore un retour

     

    On l’avait prédit : le retour d’Indiana Jones a ouvert la porte au come-back de bien des personnages célèbres du cinéma. Après Emmanuelle (sans Sylvia Kristel, même pour la version réservée aux homes de vieillards), Highlander va de nouveau tenter de trancher des têtes sur grand écran. Summit Entertainment a racheté les droits du film avec l’intention avouée de lancer une nouvelle saga. Le successeur de Christophe Lambert n’est pas encore connu. Mais les scénaristes d’Iron Man ont déjà signé pour le projet. Tout ça fait un peu peur.

     

     

    Zen

     

    Abbel Ferrara a profité de sa présence sur la Côte d’Azur pour régler ses comptes. Interrogé sur ce qu’il pensait de Werner Herzog et Nicolas Cage, engagés dans le remake de Bad Lieutenant, il a eu cette remarque très classe, zen et philosophique (barrer toutes les mentions inutiles…) : « Qu’ils crèvent en enfer ! J’espère qu’ils seront dans le même tramway quand il explosera. »

     

     

     

    Vraie cinéphile

     

    Faye Dunaway est une vraie cinéphile. Comme tous les ans, elle assiste en même temps que la presse à un maximum de visions. Généralement, avec une casquette pour cacher ses longs cheveux. Et malgré son énorme renommée, elle se promène sur la Croisette sans le moindre garde du corps, signant des autographes et discutant avec tous ses admirateurs. Le plus simplement du monde. Pas étonnant que le Festival lui ait demandé de remettre le prix de la mise en scène.

     

     

    Florence qui ?

     

    A un journaliste français qui désirait savoir si Madonna pouvait pardonner à Florence Forresti de l’avoir parodiée durement, la star a répondu : « Qui ça ? » Avant d’ajouter, avec une ironie non dissimulée : « Je ne la connais pas. Mais je lui pardonne : comme ça, elle pourra bien dormir ce soir. »

     

     

     

    La reconnaissance de Michael Moore

     

    Michael Moore, grand spécialiste du documentaire, a été très impressionné par I am because we are, le reportage au Malawi produit, scénarisé et commenté par Madonna. « Elle est entrée dans mon monde. Quand je l’ai vu, j’ai pensé : waow, c’est comme si elle avait fait ça toute sa vie. » Beau compliment.

     

     

    Boucles d’or

     

    La fatigue aidant, les médisances se multiplient toujours parmi les festivaliers en fin de festival. Scarlett Johansson, qui a laissé Woody Allen et Penelope Cruz défendre seul le très drôle Vicky Cristina Barcelona, n’est pas épargnée par les piques acerbes. Selon les rumeurs, il n’aurait plus été possible de l’inviter tant ses caprices étaient onéreux. Comme, par exemple, exiger que sa coiffeuse soit payée 5.000 dollars par jour. Une version moderne de Boucles d’or…

     

     

    D’autres boucles d’or

     

    Gwyneth Paltrow a failli regretter d’être venue à Cannes. Sur le tapis rouge qui l’amenait vers une party, elle a en effet perdu les boucles d’oreilles que lui avait prêtées un grand joaillier. « Heureusement que je faisait attention, sinon cette perte m’aurait coûté cher » a-t-elle expliqué en retrouvant les précieux bijoux en or. Que d’émotion, que d’émotion !

     

     

    Et un Julien Doré

     

    Julien Doré est le régional de l’étape à Cannes. Sa grand-mère y vit en effet. « Mais c’est la première fois que je viens y faire de la promotion, explique-t-il. Je le vis un peu comme une sorte de balade romantique dans une installation ou un musée sans me poser trop de questions. »

     

     

     

     

     

     

     

  • Virginie Efira fait son cinéma

    Virginie Efira, nouvelle star de cinéma

     

    Autre Belge dont on parle sur la Croisette, même si on ne l’y a pas vue : Virginie Efira. Elle sera la partenaire de Thierry Lhermitte, Sami Bouajila et François Berléand (pas mal !)  dans le premier film de Philippe Lefèbvre, Le siffleur. Le tournage, prévu à Cannes, Antibes et Nice, commencera le 8 septembre. Budget du film : 8 millions d’euros. Et la sortie est prévue pour l’été 2009.

     

     

    Lio sur les marches

     

    En parlant de Nouvelle star : Lio, membre du jury de l’émission présentée par Virginie Effira,  a monté les marches dans une robe jaune brodée aussi discrète qu’élégante. On l’a déjà vue ici dans des robes nettement plus sexy.

     

     

    Cherchez l’erreur

     

    Pendant que Puff Daddy monte les marches du Palais du Festival pour assister aux films en compétition, Tcheky Karyo s’est rendu sur les plages cannoises pour donner un concert sur base de son album, Ce lien qui nous unit. Dans quelques mois, il reviendra tout de même au cinéma, en vampire, dans les Dents de la nuit. Si Puff Daddy pouvait par contre continuer à grimper les marches et ne pas revenir à la chanson, on ne s’en plaindrait pas.

     

     

    Fausses starlettes

     

    Ils sont nombreux les photographes à regretter depuis des années l’absence des starlettes. Aussi ont-ils cru rêver en voyant débarquer sur la plage une nuée de blondes à fortes poitrines ayant toutes la particularité d’être allergiques au plus petit bout de tissu. Mais ils ont rapidement dû déchanter : il ne s’agissait en fait que d’actrices X engagées pour une pub pour les préservatifs.

     

     

    On sait recevoir

     

    Ruben Sosa, un acteur mexicain pourtant invité par le Festival de Cannes, a été arrêté par les douaniers à l’aéroport de Nice. Selon son agent, « il a été traité comme un malpropre : ils l’ont attrapé par un bras, ils ont vidé et démonté sa valise et il a été mis en caleçon devant tout le monde ! Cela a duré trois heures. Il n’a rien compris. Il a eu peur et était paumé. » Les autorités  parlent pour leur part d’un « enchevêtrement de circonstances malheureuses. » Belle pub pour le Festival.

    Les souvenirs de JiCiViDi

     

    Jean-Claude Van Damme n’a pas ménagé ses efforts pour assurer la  promo de JCVD (lui, il prononce JiCiViDi, autant s’y habituer), le film très largement inspiré de sa vie. Ainsi, dans la presse française, il révèle un de ses grandes passions lors de ses vacances en France : la pêche au poulpe. « J'ai passé mes vacances avec mes parents près de Menton pendant vingt ans. C'est là aussi que j'ai appris à nager. » Avec tout ça, c’est fou ce qu’on a fait comme progrès en cinéphilie à Cannes.

    Question de point de vue

     

    On fait dire aux chiffres ce qu’on veut. Pour le journal spécialisé américain Variety, avec 240.000 entrées le jour de sa sortie, Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal a pris « un départ en fanfare ». Pour le quotidien français Aujourd’hui, les chiffres d’entrées sont  un peu plus bas (224.035) et le film connaît « un démarrage en douceur », jugé très en dessous des espérances. Par contre, quelques lignes plus bas, le même article précise qu’Un conte de Noël « a fait un joli score avec 15.102 entrées ». Une manière comme une autre de positiver. Mais aussi de reconnaître que le film français ne suscite guère d’attente chez les spectateurs.

     

     

    Encore des chiffres

     

    Avec 4 h 28, Che de Steven Soderbergh est, de très loin, le film le plus long présenté à Cannes cette année. Ce qui représente 7.400 mètres de pellicule !