Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

- Page 4

  • Une villa de 5.200 m²

    Une villa de 5.200 m²

     

    Angelina Jolie, dans une robe longue verte très décolletée, a monté les marches du Palais en compagnie de Brad Pitt, barbichu pour l’occasion. Toujours aussi sympa, le futur papa de jumeaux a pris le temps d’aller signer des autographes pendant que sa compagne posait en compagnies des autres acteurs qui ont fait le doublage de « Kung-fu panda. » Ensuite, ils sont rentrés dans la villa que leur prête Paul Allen, le fondateur de Microsoft. Suffisamment grande pour accueillir toute leur famille : elle fait 5.200 m²…

     

     

    La robe la plus chère du monde

     

    Bar Rafaëlli, ex-girl-friend de Leonardo Di Caprio, est entrée dans l’histoire du Festival de Cannes par la grande marche. Elle a revêtu une robe-bijou en mousseline de soie couleur lilas ornée de 2.904 carats de pierres précieuses. Valeur de la tenue : 500.000 euros ! Conçue par la styliste Alberta Ferretti et le joaillier Chopard, la robe sera mise en vente aux enchères lors de la soirée de l’Amfar, destinée à récolter des fonds pour la lutte contre le sida.

     

     

    Une femme toute simple

     

    Eva Longoria est une femme toute simple. Pour la seule journée de jeudi, elle n’a changé que cinq fois de robe. On n’ose pas imaginer combien de valises elle a pris avec elle pour ses trois jours de présence « parce qu’elle le vaut bien ».

     

     

    La classe

     

    Gros succès pour les deux limousines du même joaillier sur la Croisette. Et pour cause : du toit ouvrant sortaient quatre bunnies aux tenues minimalistes constituées principalement de petites franges. La grande classe…

     

     

    Spielberg, 20 ans après

     

    Cela faisait près de 20 que Steven Spielberg n’était plus venu à Cannes. Ses dernières visites remontent aux années 80, pour « La couleur pourpre » et « E.T. » . Avec « Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal », il est assuré de faire l’événement. Nous vous en parlerons très longuement dans la DH.

     

     

     

    En souvenir de Coluche

     

    Alors que tout le monde évoque mai 68, Michel Denisot, lui, pense à Coluche en replongeant dans ses souvenirs cannois. « J’ai commencé en 1985 au bord de la piscine du Martinez avec Coluche. Cannes et moi, c’est une histoire qui dure. J’ai toujours eu un rapport assez jubilatoire avec tout ça. »

     

     

    C’est dur d’être aimé par des cons

     

    Le documentaire de Daniel Leconte sur les caricatures de Mahomet, intitulé « C’est dur d’être aimé par des cons », fait déjà beaucoup de bruit sur la Croisette. Tout le monde craint tellement les attentats  que le film a été présenté une première fois sous le titre « Film surprise ». Les mesures de sécurité seront renforcées pour la projection officielle. On n’a pas fini d’en parler.

     

     

    Désorganisation

     

    Les organisateurs du Festival avaient donné le mauvais exemple en n’étant pas capable de dévoiler la sélection officielle complète lors de la présentation du 61e Festival. Les grandes boites d’attachés de presse leur ont emboîté le pas. Ainsi, la société chargée d’organiser la conférence de presse de « You and I », avec les deux chanseuses de T.A.T.U., n’était pas capable de dire si elle serait bien organisée… la vielle de l’événement. Avec un humour tout britannique, un des responsables a annoncé que la prochaine évolution, ce serait d’annoncer le lendemain qui les journalistes ont manqué en interview.

     

  • 40 ans pour être projeté...

    Pas photogénique

     

    Sean Penn déteste les photos. Lorsque le jury se rend ensemble à une soirée, il s’arrange pour passer seul par une porte arrière, histoire d’éviter les paparazzi amateurs ou non.  Il risque de souffrir en montant les marches tous les jours sous les objectifs de centaines de photographes.

     

     

    De Niro pour la Palme

     

    Rien de tel qu’une bonne vieille star hollywoodienne pour ajouter au glamour cannois. C’est donc Robert De Niro qui remettra la Palme d’or cette année. A Clint Eastwood, si on en croit les bookmakers. Qui n’ont vu aucun film, faut-il le préciser…

     

     

    Mieux vaut tard…

     

    En mai 68, Claude Lelouch militait avec ferveur pour un arrêt du Festival de Cannes. Quitte à ne jamais présenter son film, « 13 jours en France ». Pas rancuniers, les organisateurs lui ont offert la possibilité de présenter sa réalisation cette année lors d’une projection exceptionnelle. « Je suis très ému », a déclaré Claude Lelouch quelque peu remis de ses idées révolutionnaires. « Si on regarde l’évolution durant ces 40 dernières années, la technique a plus changé le cinéma que mai 68. » On sent une pointe de déception là ou on rêve ?

     

     

    Lucide

     

    Gillian Anderson ne se fait guère plus d’illusions que Claude Lelouch. En prévision de la sortie en juillet de « X-Files 2 », elle a monté les marches du Palais du Festival avec ce commentaire un peu désabusé : « Je suis venue pour la dernière fois il y a dix ans. Cela fait donc dix ans que je n’ai pas tourné de film assez important pour être projeté à Cannes. » On pensait même que cela faisait dix ans qu’elle n’avait plus tourné du tout.

     

     

    Magie pour tous

     

    Faye Dunaway, par contre, est présente tous les ans sur la Croisette. Sans garde du corps. Juste pour le plaisir de voir des films. Et, qui sait, de bientôt présenter le sien. « J’ai un projet de réalisation. Avec Val Kilmer dans le rôle principal. J’espère que cela se concrétisera rapidement. » En attendant, elle monte toujours les marches avec enthousiasme. « C’est de la magie pour tout le monde. Il n’y a qu’à Cannes qu’on essaie de créer ainsi un espace de beauté. »

     

     

    Ils sont libres, les Gérard

     

    Certaines stars ne sont pas présentes. Mais se font remarquer quand même. Comme les deux Gérard, Lanvin et Jugnot. Qui défendent via une grande affiche la liberté de la presse et réclament la libération de reporters emprisonnés. C’est tout à leur honneur.

     

     

    Invasion de pandas

     

    Jack Black s’est fendu sur le ponton du Carlton d’un remix très particulier du vieux tube « Kung-fu fighting », en compagnie d’une flopée de pandas assez envahissants. En peluche, on vous rassure. Angelina Jolie, sa partenaire dans « Kung-fu Panda », a préféré ne pas participer au show. Ses enfants auraient pourtant adoré.

     

     

    Un Belge et trois mouches sur la Lune

     

    Il y a presque autant de Belges que de Panda sur la Croisette. Et ce n’est pas fini. Ben Stassen, le réalisateur de « Fly me to the moon », le dessin animé contant la conquête spatiale de trois mouches qui ont accompagné l’équipage Apollo XI, est lui aussi présent à Cannes. En tant qu’invité du Pavillon américain pour discuter de la révolution 3-D au cinéma. Il n’y a vraiment qu’en Belgique que les Belges ne sont pas appréciés…

     

     

    Elle le vaut bien… désespérément

     

    La Desperate housewife Eva Longoria a fait un malheur lors de la montée des marches. Qu’elle effectuait avec ses copines Aishwarya Rai et Rachida Brakni, non pas pour la promotion d’un nouveau film mais parce qu’elles le valent bien. Un avis manifestement partagé par le public.

     

  • Où est la plage nudiste ?

    Où est la plage nudiste ? L’anecdote est révélatrice de la manière dont les Américains voient la France. A l’attention des Yankees, le magazine spécialisé en cinéma Screen publie un petit guide des phrases françaises que les Festivaliers doivent connaître pour se débrouiller à Cannes. La toute première est : « Où est la plage nudiste ? »

    La main de Dieu 

    Le 61e Festival de Cannes sera très sportif. Et pas seulement à cause des attachés de presse et autres gardes du corps venus d’outre-Atlantique pour faire leur jogging journalier sur la Croisette à partir de 6 h du matin. Deux champions au passé controversé sont attendus sur les marches du Palais : Mike Tyson le samedi 17 pour le portrait que lui consacre James Tobback et Diego Maradona le mardi 20 en raison du documentaire qu’a réalisé sur lui Emir Kusturica. On va donc beaucoup parler de morsure d’oreille et de main de Dieu dans les prochains jours. Ça va nous changer des habituelles discussions sur l’absence des starlettes.

    Le film le plus long

    Les films de festival brillent rarement par leur concision. La preuve : la durée moyenne des projections en sélection officielle sera de 1 h 57 minutes ! L’oeuvre la plus courte : « My magic » du singapourien Eric Khoo, qui dure 1 h 15. La plus longue : « Che » de l’Américain Steven Soderbergh, avec 4 h 28 d’images !

    Une suite à Fahrenheit 9/11

    Michael Moore parvient toujours à créer l’événement sur la Croisette. Absent en compétition cette année, il sera présent sur le marché du film avec la suite de « Fahrenheit 9/11 » produite par Paramount Vantage et Ouverture Films.

    Van Damme à l'affiche

    C’est à l’affichage qu’on voit quels sont les films sur lesquels les distributeurs misent le plus. Sans surprise,  façade du prestigieux Carlton est recouverte par une dizaine de banderoles géantes en l’honneur d’ »Indiana Jones et le royaume de cristal ». Même l’entrée a été redécorée dans le style temple maya de très mauvais goût. Autres films bien mis en évidence : «Love guru » avec Mike Myers, « Speed racer » des frères Wachowski ou « JCVD », quatre initiales qui accompagnent la tête géante de notre Jean-Claude Van Damme national. On peut donc s’attendre à le voir venir faire le show sur la Croisette.

    La pub est partout

    La publicité se glisse vraiment partout. Après le tristement célèbre « Harley Davidson and the Marlboro Man », voici Jim Carrey dans « I love you Philipp Morris ». C’est fou ce qu’un titre peut ne pas donner envie d’aller voir un film…

    Fameux écrémage

    Avant de retenir les 23 films de la sélection officielle, les organisateurs de ce 61e Festival de Cannes ont visionné 1792 longs métrages (contre 1615 l’an dernier) venus de 96 pays différents. Dans les différentes sections, au total, 57 longs métrages sont présentés cette année. Dont 55 sont des premières mondiales et 9 des premiers films. 26 courts métrages venus de 18 contrées ont aussi les honneurs d’une projection cannoise. 2233 avaient été présentés aux organisateurs en vue d’une sélection…