Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

- Page 3

  • Un serpent sur la Croisette

    Retour surprise

    Opéré d’urgence ce week-end d’une péritonite aigue, Lambert Wilson a créé la surprise en venant défendre Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois. « Est-ce que j’ai l’air d’aller mal ? », a-t-il lancé vêtu d’une veste de training rouge et jaune très inhabituelle dans le Palais des Festivals. Manifestement irrité des questions sur son état de santé, il a justifié sa présence d’un très sec : « Tous les films engagés sont importants. » Un effet secondaire de l’opération, on suppose…


    Fan d’horreur


    Toujours aussi ravissante, Emilie Dequenne s’est enthousiasmée pour La meute, un long métrage privé de projection sur la plage en raison d’une interdiction aux moins de 16 ans. « Un film d’horreur, j’en avais envie depuis longtemps. J’adore ça, je suis dingue du genre. En plus, le tournage a eu lieu près de Bruxelles et chez moi, dans ma région minière. » Pas sûr que cela constitue la meilleure des publicités touristiques pour une région qui sera désormais associée à pas mal de cauchemars.

    JCVD poète

    Dans une interview à Nice-Matin, Jean-Claude Van Damme s’est lancé dans quelques digressions dont il a le secret. Parfois poétiques, comme celle-ci : « Après cette vie de star, quand je suis arrivé dans le magasin de chocolat, j’ai goûté aux plaisirs de la vie. Pour finir, tu te lasses. Je suis tombé, alors il faut renettoyer le corps. » Parfois pas, comme celle-là, à propos de son combat : « Les coups de poing et de pied qu’on va se mettre dans la gueule, vous verrez que ce n’est pas bidon. Parce que, quand je vais me brosser les dents le soir, je me regarde dans le miroir donc je ne peux pas me regarder et me dire que je fais un faux combat pour gagner en popularité. » Et le journaliste de conclure : « On n’a pas tout compris. Mais tout est dit. »

    Un serpent sur la Croisette

    La diva de Bollywood, Mallika Sherawat, ne s’est pas contentée de porter une robe sublime pour attirer l’attention sur la Croisette. Elle a posé en compagnie d’un serpent gigantesque dont elle s’est servi (c’est dommage…) comme d’une écharpe. Il faut dire que le reptile, vraiment impressionnant, est son partenaire dans Hisss, le film d’horreur de la fille de David Lynch, Jennifer Chambers Lynch. Basé sur une légende asiatique relative à un serpent monstrueux possédant le pouvoir de se transformer en une femme magnifique. Allez savoir pourquoi, cette légende-là, on la trouve plus séduisante sans l’interminable bestiole à langue fourchue.

  • Les chanteurs montrent la voie

    Pluie d’absences

    Sans doute fait-il trop beau à Cannes. Pour compenser le beau soleil, on assiste à une pluie d’absences. Lambert Wilson n’a pas accompagné l’équipe de Madame de Montpensier en raison d’une opération, en urgence, d’une péritonite aigue. En principe, il ne sera pas non plus présent jeudi pour la montée des marches du film de Xavier Beauvois, Des hommes et des dieux. Sean Penn, pourtant président du dernier Festival de Cannes, fera lui aussi faux bond. Il a préféré participer à une conférence sur Haïti que venir défendre Fair game avec Naomi Watts. Isabelle Adjani a elle aussi décidé de faire l’impasse et de ne pas accompagner Gérard Depardieu pour son tour d’honneur avec Mammuth (qui a attiré 500.000 spectateurs, à la surprise générale). Enfin, Jean-Luc Godard n’est pas venu présenter son film sur la Croisette. Il a envoyé à Thierry Frémaux une lettre aussi incompréhensible que ses films, dans laquelle il écrit notamment que « suite à des problèmes de type grec, je ne pourrai être votre obligé à Cannes.” Il precise aussi: “Avec le Festival, j’irai jusqu’à la mort, mais je ne ferai pas un pas de plus.” Du pur Godard.

    Compliment royal

    Jonathan Zaccaï ne perd pas son temps à Cannes. Il a signé pour la nouvelle comédie d’Elodie M, Si l’amitié n’existe pas. Mais sa plus grande fierté reste d’avoir convaincu Ridley Scott, comme il nous l’a confié entre deux gorgées de bière à la fête des Belges: “Je n’ai pas de fait le conservatoire, je n’ai pas de diploma, mais quand Ridley Scott m’a dit: Jonathan, you’re good, you’re very good, je me suis senti adoubé.” On sent bien qu’il n’a pas encore tout à fait quitté le rôle du roi Philippe.

     

    Encore et toujours les chanteurs

    Cannes attire manifestement plus les voix que les comédiens. Lionel Ritchie, qu’on soupçonne d’avoir piqué les vieilles lunettes de Woody Allen, a  débarqué à son tour sur la Croisette. Précédant de peu Grace Jones, bien décidée à donner un miniconcert dans des tenues qui le sont tout autant (mini, bien évidemment), au risque de faire fuir tous les festivaliers de moins de 70 ans. De toute façon, les deux gloires sur le retour ne vont pas faire le poids face à la diva qui loge actuellement dans yacht ancré dans le port de Monaco, Jennifer Lopez. La bomba a en effet accepté de remplacer Sharon Stone à la présentation de la soirée de l’Amfar, afin de recueillir de l’argent pour la lutte contre le sida. Si elle propose aussi de mettre un baiser aux enchères, comme le fit voici quelques années la blonde de Basic instinct, la soirée pourrait rapporter une petite fortune.

    Raphaël se tait

    raphael.jpgEncore un chanteur. Mais qui lui, au grand désespoir d’adolescentes qui se croyaient à un concert de Tokio Hotel, l’a jouée discrète. Raphaël n’a monté les marche (en smoking Dior, tout de même) que pour accompagner la femme de ses rêves, Mélanie Thierry, qui tient le rôle principal de la princesse de Montpensier. Comme disait Pierre Desproges, « un chanteur qui ferme sa gueule ne peut pas être entièrement mauvais. »

     

    Les Beatles à l’honneur

     

    Alors que Julian Lennon vient militer pour la défense des dauphins sur la Croisette, Martin Scorsese choisit lui de tourner un documentaire sur l’un des Fab Four, George Harrison. Titre du projet : Living in a material world, George Harrison. Avec au menu des interviews de Paul McCartney, Ringo Starr, Yoko Ono et Eric Clapton. Quand on vous disait qu’il n’y en avait que pour les chanteurs cette année à Cannes.

    Bonne question…

    Lu à propos de Josh Brolin dans une revue distribuée à Cannes, dont on taira le nom par gentillesse : « Il a du talent, OK. Mais on ne comprend toujours pas pourquoi il a monté les marches samedi avec Woody Allen, après les avoir gravies avec Oliver Stone la veille. » Peut-être parce qu’il joue dans les films des deux réalisateurs, tout simplement…

    Panique à Cannes

    evangeline.jpgEvangeline Lilly a flanqué la frousse à tout son entourage : « Jeudi soir, j’ai voulu faire du scooter avec une copine. A peine montée dessus, je suis tombée. Mon garde du corps et mon chauffeur ont paniqué. Heureusement, plus de peur que de mal. » Ils ont les nerfs solides, ses protecteurs, si une simple chute suffit à les faire paniquer…

  • Pas frileuses

     

    belles.jpg

    En toute simplicité

     

    Guillaume Canet est à Cannes. Pour présenter aux éventuels acheteurs dix minutes de son prochain film, Les petits mouchoirs. Un film de copains (avec Marion Cotillard, évidemment, mais aussi François Cluzet, Jean Dujardin, Gilles Lelouche, Pascale Arbillot et Louise Monnot. « Réaliser qu’en dépit d’une forme de réussite, j’étais en train de passer à côté des choses importantes de la vie, ça m’a effrayé. J’ai vu tout ce que dans le fond je négligeais ces dernières années. Il y a quelque chose de pratique à se noyer dans le travail, on n’a pas le temps de réfléchir. Pourtant, il fallait que je me résigne à le faire. » Loin d’avoir la grosse tête, on l’a vu déambuler avec un ami le long de la Croisette, lunettes noires sur le nez et chapeau de Blues Brother sur la tête. Et chaque fois qu’un fan osait l’aborder, il acceptait de poser en sa compagnie. Aussi sympa que talentueux, l’ami Guillaume.

     

    Anthony Hopkins embrasse bien

     

    Révélation de Lucy Punch, la blonde pulpeuse engagée par Woody Allen pour faire craquer, dans tous les sens du terme, Anthony Hopkins dans You will meet a tall dark stranger : « On m’avait prévenue qu’il n’était pas toujours facile. Mais je vous assure qu’il a été fort sympa. Im m’a encouragée à donner le meilleur de moi-même. Il embrasse très bien ! » Anthony Hopkins comme sex symbol : décidément, l’édition Cannes 2010 ne tient pas toutes ses promesses en dehors des salles de projection.

     

    Françaises pas frileuses

     

    La jeune génération des comédiennes françaises n’a vraiment pas froid aux yeux. Léa Seydoux se dévoile généreusement dans tous les films qu’elle présente sur la Croisette, tout en déclarant ne pas trop aimer ça. Une question qui ne se pose même pas à Roxane Mesquida, la bombe de Kaboom. Pour sa rencontre avec la presse, la jolie brunette portait un bustier blanc totalement transparent manifestement pas destiné à faire la promotion de la lingerie. Idem pour Sara Forestier, qui ne portait rien en dessous d’une petit top avec bien plus de trous que de dentelle noire pour la promo d’une comédie qui nous a emballé, Le nom des gens. Avec de tels atouts, ce petit bijou sur la conversion à gauche par le sexe des électeurs de droite devrait rapidement trouver un distributeur en Belgique.

     

    Cannes, le paradis des chanteurs

     

    Quand les chats sont absents, les souris dansent. Et à Cannes, elles chantent même. Les stars du show-biz sont en train de remplacer celle du grand écran sur la Croisette. Après Elton John, David Hallyday, Lio et le prodige du  R n’ b Pharell Williams, c’est au tour des grosses pointures du mondiales de venir profiter de la douceur de la riviera. Bono  loge actuellement dans un yacht ancré dans la baie de Cannes, Julian Lennon va venir défendre un film sur les dauphins et les Black Eyed Peas ont accepté de donner un concert privé sur la plage Orange. Avant d’être tous éclipsés par Mick Jagger, seul membre des Stones qui a accepté de venir mettre en valeur The Stone in Exile. A ce rythme-là, Cannes deviendra rapidement un festival musical. Cela décidera peut-être les grands noms d’Hollywood à alors se déplacer…

     

    Michael Douglas ne signe pas

     

    C’est le sujet qui fâche actuellement aux alentours du Palais des Festivals : faut-il ou non signer la pétition en faveur de Roman Polanski ? Surtout après les nouvelles accusations lancées par Charlotte Lewis, qui affirme que le cinéaste a abusé d’elle en 1983, alors qu’elle n’avait pas 16 ans. Michael Douglas s’est bien gardé de s’impliquer : « Je crois que ce ne serait pas juste pour moi en tant qu’Américain de signer une pétition pour quelqu’un qui a violé la loi. »

     

    Huppert, mère et fille

     

    Isabelle Huppert a présenté Copacabana, une dramatique sur le manque d’argent dans laquelle elle donne la réplique à sa fille, Lolita Chammah. Une blonde au caractère fort qui est souvent resté à distance de sa maman : « Même si on s’entend bien et qu’on se voit souvent, on y est un peu obligé quand on est la fille de… C’est un réflexe de protection. Je ne demande pas de conseil à ma mère et elle ne m’en donne pas, nous sommes dans ce rapport-là. Mais je sais qu’elle est attentive à ce que je fais. Elle ne m’a pas encouragée, ni dissuadée non plus, à devenir comédienne. Juste à faire ce que j’aimais. J’évolue dans un milieu qui n’est pas tendre. »

     

    En terre inconnue

     

    Frédéric Lopez, plus habitué aux  vastes contrées quasiment inexplorées qu’à la foule cannoise, est parti à l’aventure sur la Croisette. Avec un objectif bien précis : essayer de convaincre des stars américaines de partir dans l’inconnu au bout du monde avec lui. Manque de chance : les vedettes hollywoodiennes sont à peu près aussi nombreuses cette année que les films regardables de Jean-Luc Godard. En désespoir de cause, Frédéric Lopez ne pourra même pas se rabattre sur Jean-Claude Van Damme, lié par un contrat d’exclusivité par une émission de télé-réalité.

     

     

     

    bel.jpg