Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

- Page 4

  • Des chameaux et un dromadaire

    Un dromadaire sur la Croisette

     

    Bon, soyons franc, les chameaux, ce n'est pas ça qui manque dans ce microcosme où beaucoup se la pètent. Tout comme les mufles ou les peaux de vaches. Mais c'est avec un vrai dromadaire que Sacha Baron Cohen est venu faire la promotion du Dictator en face du prestigieux Carlton. Et faut reconnaître qu'en plus d'un étrange air de ressemblance avec l'acteur, l'animal nous est paru bien plus sympa que ses « collègues ». A moins que ce jugement n'ait été influencé par la présence spectaculaire de bodyguards féminines qui constituent la meilleure pub pour l'armée à ce jour. L'une d'elles, en bikini rouge qui n'aurait même pas suffi pour confectionner une bretelle du maillot de Pamela Anderson, s'est offert un combat de catch sur Yacht avec le despote. Aux pouvoirs limités: malgré ses menaces, il n'a pu entrer dans un magasin de luxe cannois avec son dromadaire. Cela doit être la première fois que ce type d'établissement refuse l'accès à un chameau friqué... (photo news)

     

    Dictator cannes.jpg

    Gossip en ouverture

     

    The Artist oblige, c'est au... silence que Bérénice Bejo a rendu hommage lors de la soirée d'ouverture du 65e Festival de Cannes. Mais c'est Beth Dido, dans une robe moulante façon tentures de Versailles, qui l'a le mieux comblé, ce silence. Devant une photo de Marilyn, en référence à l'affiche officielle de cette année, elle a interprété avec son groupe, Gossip, une version sublime de Candle in the wind. Jane Fonda, Marie Gillain, Vahina Giocante, Virginie Ledoyen, Lana del Rey, Géraldine Pailhas ou la très glamour Eva Longoria en sont toutes restées sans voix.

     

    Rebelle, pas sex-symbol

     

    Avec un peu de chance, on pourra croiser Bérénice Bejo sur la Croisette. La maîtresse de la cérémonie d'ouverture compte en effet s'offrir un peu de bon temps sur la Côte d'Azur. « Je vais essayer de vivre pleinement le Festival et y restant une semaine. Je repartirai pour voir mes enfants (Lucien, 3 ans, et Gloria, 8 mois) et je reviendrai pour la fin. Inutile de l'imaginer dans le rôle des regrettées starlettes: « Je suis très classique, très pudique. BB, Marilyn, c'est une autre époque, ce n'est pas moi. Je suis plutôt Audrey Hepburn et je ne l'ai jamais vue en maillot sur la plage. » Puisqu'elle ne se « considère pas comme un sex-symbol », elle joue sur un autre registre: celui de l'humour. Après son interprétation muette dans The Artist, elle va doubler l'héroïne du prochain Pixar, Rebelle. « Certains disent: dans The Artist, on l'a vue mais pas entendue et là, on l'entend mais on ne la voit pas. J'ai pris tellement de plaisir que je vais changer de métier, je ne vais faire que du doublage. » Ce serait dommage: nous, on la rangerait volontiers dans la catégorie des plus beaux visages du cinéma.

     

    Les rois de la nuit

     

    Pendant que le gratin du cinéma se fait photographier sous toutes les coutures sur le tapis rouges, les stars de la musique, elles, défilent dans les boîtes de nuit. Beth Dido (Gossip), David Guetta, Sébastien Tellier, Les Brigitte, Joey Starr ou Inna Modja sont tous attendus pour égayer les nuits cannoises. Bon, ben on va plutôt rester du côté du tapis rouge...

     

     

    Récoltes de fonds

     

    Qui veut gagner des millions ? A ce petit jeu, les stars de l'Amfar désireuses de financer la lutte contre le sida ne sont plus les seules à participer sur la Côte d'Azur. Joe Jackson, le papa de Michael, participera à une récolte de fonds pour la Jackson Family Foundation dans une villa sur les hauteurs de Cannes dans les prochains jours. Mais la concurrence s'annonce rude pour lui: Bill Clinton rehaussera aussi de sa présence, le 23 mai, une soirée thématique sur l'âge d'or d'Hollywood destinée à financer des programmes environnementaux. A moins que Paris Hilton ne débarque pour faire profiter à tous les fêtards de sa collection de lingerie, ce sera à coup sûr la party la plus courue par le gratin cannois cette année.

     

    Étrange timing

     

    Mode ne rime pas toujours avec élégance. Ainsi, alors que Jean-Paul Gaultier fait partie du jury de la compétition officielle, Bertrand Bonello a attendu l'ouverture de la quinzaine azuréenne pour annoncer qu'il tournerait un biopic sur l'un des plus grands créateurs de mode, non pas l'homme au pull marine mais Yves Saint Laurent ! Le budget est déjà connu (19,2 millions d'euros), mais pas encore les comédiens. Détail cocasse: cette annonce survient deux mois après celle de Jalil Lespert de tourner le même biopic. C'est parti pour une nouvelle guerre des boutons...

     

    Paparazzi amateur

     

    Sur la Croisette, à hauteur du plateau de Canal + installé sur la page, tout le monde n'a d'yeux que pour Michel Denisot et l'équipe du Grand Journal. A une exception près. Un paparazzi amateur se moque complètement des répétions ou des diffusions en direct en bord de mer: équipé d'un téléobjectif géant, il passe toutes ses journées à scruter les chambres d'hôtel du Martinez dans l'espoir d'entrapercevoir une star. Voire, comme dans ses rêves les plus fous, d'en immortaliser une en très petite tenue. Pour l'instant, cela reste du domaine du fantasme. Mais le Festival ne fait que commencer.

     

    Vent coquin

     

    Temps radieux sur la Croisette pour l'ouverture du Festival. Mais avec des rafales de vent à plus de 100 km/h. Qui ont donné lieu à quelques scènes cocasses. Les tenues tendance, cette année, sont en effet ultracourtes. Et légères, donc volatiles. De quoi renforcer la réputation de Fesses...tival de Cannes.

  • Le roi Matthias, la reine Marion

     

    Le roi Matthias

     

    A l'instar du roi Midas, Matthias Schoenaerts semble parti pour transformer tout ce qu'il touche en or. Depuis le triomphe de Rundskop, l'acteur anversois de 34 ans ne suscite plus que les éloges. En France, on le surnomme le DeNiro flamand. Aux Pays-Bas, le Brad Pitt belge. Et dans The Hollywood Reporter, une des deux bibles de l'industrie cinématographique américaine (avec Variety), on se demande, avant même l'ouverture du Festival, sil ne sera pas « le Jean Dujardin de cette année ». Avant de préciser que « ce Belge musculeux pourrait bien être la révélétion de cette année. » Cela tombe bien: en juin, il tournera à New York en anglais, aux côtés de James Caan, sous la direction de Guillaume Canet. Les portes d'Hollywood lui semblent déjà grandes ouvertes.

    Rouille.jpg

    La reine Marion

     

    Pas trop compliqué de deviner qui sera la reine du Festival cette année: Marion Cotillard fait la couverture de la plupart des magazines glamour ou spécialisés. Elle y annonce, ô surprise, que sa vie est devenue plus organisée depuis qu'elle est la maman d'un petit Marcel. « Nous (Guillaume Canet, Marcel et elle) passons six mois aux USA puis nous revenons en France. Maintenant que nous formons une famille, nous devons agencer nos agendas différemments, parce que nous ne voulons plus nous retrouver loin l'un de l'autre. » Ce qui n'est pas toujours simple. « Pour De rouille et d'os, c'était la première fois que je tenais un grand rôle en étant maman. Quand je fais un film, c'est à fond et même si je ne suis plus le personnage en rentrant à la maison, je suis toujours dans le monde que j'ai créé. Cette fois,c 'était totalement différent: dans ma vie, il y avait aussi mon fils. »

    Bérénice Bejo en Bref

     

    Outre Bruce Willis, qui a réussi à échapper aux paparazzi lors de son arrivée à l'aéroport de Nice, la star de la première journée du Festival, c'est incontestablement Bénénice Béjo.Promulguée présentatrice des cérémonies d'ouverture et de clôture. « Jusque-là, je ne me rendais pas compte de l'ampleur de la tâche, déclare-t-elle dans Nice-Matin. Mais à présent, si un petit avion passait pour rentrer chez moi, je le prendrais volontiers! » Cocorico: pour ses discours, elle a choisi de s'inspirer d'une de nos compatriotes: « Je veux m'inspirer de Cécile de France, qui était rigolote, un peu mutine, mais avec un discours assez simple, pas trop ampoulé. On travaille en ce sens avec les auteurs de Bref, sur Canal +, qui m'ont écrit un texte selon mes humeurs. Je vais essayer de m'amuser mais je ne vais pas faire non plus du Edouard Baer. »


     

    Yachts de luxe

     

    Selon les spécialistes des yachts de luxe, dont nous ne faisons absolument pas partie, les yeux les plus avertis pourraient reconnaître dans la baie de Cannes les palaces flottants de Johnny Depp, David Geffen et Roman Abramovic. Avis à ceux qui préfèrent regarder la mer plutôt que les stars sur la Croisette...Le

  • Demandez le programme

    Cannes 2012.jpgVoici la liste des films présentés en sélection officielle.

    EN COMPETITION:
     
    Mercredi 16 (OUVERTURE):
    - Wes Anderson: "Moonrise Kingdom"
     
    Jeudi 17:
    - Jacques Audiard: "De rouille et d'os"
    - Yousry Nasrallah: "Après la bataille"
     
    Vendredi 18:
    - Matteo Garrone: "Reality"
    - Ulrich Seidl: "Paradies: Liebe" ("Paradis: Amour")
     
    Samedi 19:
    - John Hillcoat: "Des hommes sans loi" ("Lawless")
    - Cristian Mungiu: "Au delà des collines"
     
    Dimanche 20:
    - Michael Haneke: "Amour"
    - Thomas Vinterberg: "Jagten" ("La chasse").
     
    Lundi 21:
    - Alain Resnais: "Vous n'avez encore rien vu"
    - Abbas Kiarostami: "Like Someone in Love"
    - Hong Sangsoo: "In Another Country" ("Dans un autre pays")
     
    Mardi 22:
    - Andrew Dominik: "Cogan, la mort en douce" ("Killing them Softly")
    - Ken Loach: "La part des anges"
     
    Mercredi 23:
    - Walter Salles: "Sur la route" ("On the Road")
    - Léos Carax: "Holy Motors"
     
    Jeudi 24:
    - Lee Daniels: "Paperboy"
    - Carlos Reygadas: "Post Tenebras Lux"
     
    Vendredi 25:
    - David Cronenberg: "Cosmopolis"
    - Sergueï Loznitsa: "Dans la brume"
     
    Samedi 26:
    - Jeff Nichols: "Mud"
    - Im Sangsoo: "Taste of Money" ("L'ivresse de l'argent")
     
    HORS-COMPETITION ET SEANCES SPECIALES:
     
    Jeudi 17:
    - Laurent Bouzereau: "Roman Polanski: A Film Memoir"
     
    Vendredi 18:
    - Eric Darnell, Tom McGrath: "Madagascar 3, bons baisers d'Europe"
    - Apichatpong Weerasethakul: "Mekong Hotel"
     
    Samedi 19:
    - Dario Argento: "Dario Argento Dracula"
     
    Dimanche 20:
    - Gilles Jacob et Samuel Faure: "Une journée particulière"
    - Sébastien Lifshitz: "Les invisibles"
     
    Mardi 22:
    - Claude Nougaret et Raymond Depardon: "Journal de France"
     
    Mercredi 23:
    - Bernardo Bertolucci: "Io e te"
     
    Vendredi 25
    - Bernard-Henri Lévy: "Le serment de Tobrouk"
    - Philip Kaufman: "Hemingway & Gellhorn"
     
    Dimanche 27 (CLOTURE)
    - Claude Miller: "Thérèse Desqueyroux"