Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

cinéma - Page 2

  • Sea, sex and me

    Tarantino a la danse dans le sang

     

    Quentin Tarantino aurait pu faire un excellent danseur s'il n'avait pas préféré tenir une caméra que ses actrices entre ses bras... La preuve.(Photos Belga)20_33_55_214321000_01736872.jpg

    19_54_46_163055000_France_Cannes_Inglorious_Basterds_Premiere_CAN182.jpg

     20_20_17_123277000_APTOPIX_France_Cannes_Inglourious_Basterds_Red_Carpet_CAN187.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "Fucking french organization..."

     

    C'est la phrase la plus drôle du Festival. Et sans doute pas la plus dénuée de sens. Harvey Weinstein, le producteur d'Inglorious Basterds, était fou furieux lors de la projection de presse de son film. A laquelle il n'a pas pu assister. Les journalsites ayant pris d'assaut la grande salle et même la deuxième ouverte en urgence, il a été repoussé par le service de presse. Ce qui l'a mis dans une colère noire: "Mais vous êtes malades ! Vous savez qui je suis C'est mon film putain ! Vous êtes complètement fous ! Laissez-moi immédiatement passer ! C'est quoi cette organisation française de merde C'est mon film! -Mais vous êtes fous !!" Oh oui... Résultat: il a vu le film avec l'équipe, le soir même.

     

     

    Le retour du hot

     

    Certains se plaignent depuis des années de leur absence. Et peuvent donc arrêter de feuilleter leur magazine favori pour vérifier « en vrai » de quoi elles ont l’air : les actrices du X sont revenues sur la Croisette. Enfin trois d’entre elles. Dont la (paraît-il : faut absolument écrire ça pour ne pas avoir l’air d’un vieil égrillard) très célèbre Estelle Desanges. Une visite de courtoisie plutôt que coquine, pour regretter que le X, de loin la branche (si on peut se permettre) la plus rentable du cinéma, n’ait plus droit de cité à Cannes. Pour ne pas trop choquer, les trois pin-up sont restées sagement vêtues. Pas sûr que l’impact sera gigantesque.

     

    Habillée...

     

    22_23_52_513915000_01736983.jpgAutre déception : Dita Von Teese est apparue sur le tapis rouge dans une tenue on ne peut plus classique, tout à fait sage même par rapport à celle choisie par Sharon Stone ou Angelina Jolie, ses glorieuses aînées. On en connaît plus d’un qui regrette d’avoir opté pour le tapis rouge plutôt que le VIP Room où elle s’est livrée à sa grande spécialité, le strip-tease.

     

    (Photo Belga)

     

    Sea, sex and me

     

    Natacha Amal a bien compris comment attirer le public américain. Et européen. Et mondial, faut bien l’avouer. Elle va produire une comédie pour ados qui se déroulera au Cap d’Agde, le paradis des naturistes. « C’est une comédie très drôle qui permet de créer un pont entre la France et les USA », affirme-t-elle. On n’aurait pas dit ça comme ça…

     

    Bon titre

     

    Le Film Français, magazine réservé aux professionnels hexagonaux du 7e art, a eu ce titre merveilleux à propos de La merditude des choses : Les Flamands osent.

     

     

     

    A l’insu de son plein gré ?

     

    Après les footballeurs, les cyclistes se mettent à leur tour à défiler sur la Croisette. Richard Virenque a monté le tapis rouge comme une superstar que son palmarès et sa consommation de produits dopants ne justifient peut-être pas. Dernière phrase magique de l’ex-petit homme à pois rouges : il présente en bord de Méditerranée une canette fluo « réfléchissante à la lumière noire. » On vous laisse relire la phrase. Il a bien dit « à la lumière noire… » On suppose qu’il va voir des films sur écrans noirs aussi.

     

     

     

    Le chauvinisme se perd

     

    20_50_58_575531000_France_Cannes_Inglourious_Basterds_Red_Carpet_CAN322.jpgLe chauvinisme se perd en France. La preuve : quasiment tous les grands journaux hexagonaux ont salué l’arrivée simultanée de Sharon Stone (notre photo pour mieux comprendre l'enthousiasme qu'elle a suscité), Angelina Jolie, Brad Pitt et Quentin Tarantino en se réjouissant que les stars étaient « enfin là ». Cela va faire plaisir à Johnny Hallyday, Eric Cantona, Sophie Marceau, Monica Bellucci et Penelope Cruz…

     

    (Photo AP)

     

    Big bisous

     

    Sur la nouvelle mode à Cannes. Dès que dès stars montent le tapis rouge en couple, c’est parti pour une séance de bisoutage devant les photographes et les caméras du monde entier. Eva Longoria et Tony Parker ont donné le ton, suivis par Brad Pitt et Angelina Jolie ou des dizaines d’invités nettement moins connus. Du coup, en conférence de presse, dès qu’un réalisateur dit du bien d’un acteur, celui-ci vient l’embrasser ! Les deux comédiens allemands engagés par Quentin Tarantino, Daniel Brühl et l’extraordinaire Christoph Waltz (à qui on décernerait volontiers un prix d’interprétation), l’ont démontré durant la présentation d’Inglorious Basterds. De quoi donner envie que quelques consoeurs s’exercent à l’art délicat du compliment…

     

    Incognito

     

    En vous promenant sur la Croisette, il est possible de croiser le chemin d’Emma de Caunes, toute seule et relax avec sa petite robe rose fluo, ou Jamel Debbouze, main dans la main avec son épouse, Mélissa Theuriau. Et personne ne les embête. Seules quelques blondasses américaines n’imaginent pas faire quelques pas au milieu d’une foule sans une armée de gardes du corps.

     

     

    Hypocrisie

     

    Lars von Trier prétend ne faire des films que pour lui. Très bien, mais alors pourquoi ne les regarde-t-il pas seul dans son salon, plutôt que de nous les infliger en salle ? En outre, il affirme haut et fort ne pas faire de compromis. Mais est prêt à livrer une version « soft » de son film, épuré des scènes les plus crues et les plus violentes (mais que restera-t-il, à part une longue et soporifique promenade en forêt ?) pour les pays les plus prudes et les télés. Il y a un mot pour qualifier tout ça : hypocrisie.

     

    Fainéantise

     

     

    19_31_56_712410000_01732776.jpgS’il y a bien une chose de méprisable dans ce Festival, c’est la sale manie qu’on les stars de vouloir absolument parcourir les 100 m qui séparent le Majestic du Palais des Festivals en voiture. Avec vitres teintées, bien évidemment. Alors qu’il serait tellement plus élégant, et pas seulement pour des raisons écologiques, d’effectuer ce minuscule trajet à pied. Histoire, tout simplement, de saluer ce public qui les fait vivre et attend toute une journée sous un soleil de plomb dans l’espoir d’un autographe, d’un sourire ou d’un signe de la main.

  • Virginie Effira ne passe pas inaperçue

    Une nouvelle coupe pour Virginie Effira

     

    19_42_59_069755000_01732797.jpgMême si son émission ne cartonne pas, Virginie Effira reste extrêmement populaire. Elle a encore pu le constater lors de sa montée des marches, en compagnie de Daphné Roulier. Aussi bien dans le public que chez les photographes, elle a provoqué un émoi important. En cause, on vous laisse choisir: sa nouvelle coupe, plus courte, à la Emma de Caunes, ou un chemisier noir des plus transparents.

     

    (Photo Belga)

     

     

    Un yacht gigantesque pour Brad Pitt

     

     

    Impossible de rater L’Octopus dans la baie de Cannes. Ce navire gigantesque de 136 m de long (il ferait partie des dix plus grands de l’océan), appartient à Paul Allen, le fondateur de Microsoft. Il aurait coûté la bagatelle de 200 millions de dollars. Et pourquoi reste-t-il ancré là ? Parce que Brad Pitt, la star d’Inglorious Bastard de Quentin Tarantino, devrait y séjourner. Arrivée prévue en hélicoptère. Les paparazzis vont devoir ruser pour savoir s’il est accompagné ou non d’Angelina Jolie.

     

    La vraie Paris Hilton

     

    Paris Hilton est arrivée sur la Croisette pour la promo de Paris, Not France, un documentaire qui tenter de prouver que son impage de jet-setteuse a été construite pour les médias et qu'elle serait moins idiote qu'elle n'en a l'air (l'inverse paraît inconcevable, il est vrai). Ce qu'on a tout de suite pu constater. Plutôt que d'affronter les questions de la presse, elle a directement participé à une... party. Accompagnée de son boy-friend actuel, Dough Reinhardt, de Kelly Osbourne, et deTara Reid, elle s'est d'abord intéressée à la lionne Stella et un dromadaire du cirque Zavatta, avant de faire son show sur la piste de danse. Les responsables du documentaire vont avoir bien du mal à démontrer qu'ils connaissent la vraie Paris Hilton, qu'on risque de rencontrer plus facilement dans une boîte de nuit que dans une salle de cinéma.

     

    Petits mouchoirs

     

    Guillaume Canet est à Cannes. D’après les rumeurs, avec Marion Cotillard. Mais le couple qui déteste tout ce qui est people, a échappé aux photographes jusque maintenant. Seul Guillaume Canet s’est présenté aux objectifs. Pour annoncer son nouveau projet, Petits mouchoirs. L’histoire d’amis qui passent tous les étés ensemble jusqu’au jour où les petits secrets des uns et des autres se révèlent. Fort du triomphe de Ne le dis à personne, et bien qu’il s’agisse cette fois de son propre scénario, les stars se sont battues pour participer au projet, dont le tournage débutera le 3 août. A l’affiche : Jean Dujardin, François Cluzet, Benoît Magimel, Gilles Lellouche, Laurent Lafitte, Louise Monnot et…Marion Cotillard. Pour la promo de ce film-là, dont le budget est estimé à 25 millions de dollars, cela va être plus difficile d’éviter les photographes.

     

    Bon résumé

     

    20_03_58_282953000_01732820.jpgLa timide Noomi Rapace, star de Millénium qui sort ce mercredi en Belgique (ne le manquez surtout pas : c’est vraiment prenant et impressionnant), a parfaitement résumé le Festival de Cannes en quelques mots : « Je n’étais jamais venue à Cannes. C’est plutôt stupéfiant comme endroit. » On ne pourrait mieux dire.

    (Photo Belga)

     

    Tenue de soirée

     

    Alors que les cinéphiles commencent leur journée, les fêtards, eux, la terminent vers 8 h du matin. Ce qui débouche parfois sur des rencontres cocasses. Comme hier matin, aux abords d’une boulangerie. Comme tout le monde, un joyeux drille plus qu’éméché venait chercher des croissants pour ses copains, qu’on entendait rire bruyamment dans la boîte quelques mètres plus loin. L’objet de leur hilarité : le gaillard, fortement tatoué, est parti faire ses emplettes... en string minimaliste. Pas sûr qu’il en était bien conscient.

     

    Triporteurs

     

    Petite bouffée de nostalgie : des vendeurs de journaux arpentent la Croisette avec un triporteur. Cela rappelle le regretté Darry Cowl.

     

    Français prioritaires 

     

    A Cannes, il y a les Français et le reste du monde. Les premiers ont toutes les interviews un jour avant les autres. Et voient donc souvent les films en primeur. Cela leur paraît tellement normal que lors de la projection à 22 h de Taking Woodstock d’Ang Lee, alors que la plupart des journalistes faisaient la file depuis une heure, un sexagénaire est venu se placer tout devant, sans vergogne. Commentaire bien fort d’un confrère canadien : « C’est un Français. » Il avait raison.

     

    Le retour de Gabrielle Lazure

     

    Gabrielle Lazure n’est pas une inconditionnelle du Festival de Cannes. Cela faisait en effet 21 ans qu’elle n’y avait plus mis les pieds. « Avant, les gens ne venaient que pour le cinéma, il n’y avait pas de people de la mode ou de la télé pour monter les marches, comme une vitrine », regrette-t-elle. La raison de sa présence, alors ? Elle cherche encore son actrice principale pour le film qu’elle va réaliser sur la double vie d’une femme, sagement mariée côté pile et maîtresse sado-maso côté face. On connaît quelques festivaliers qui pourraient parfaitement tenir ce rôle.

     

    The place to be

     

    Canal + ne se contente pas d’écraser la concurrence télévisuelle avec ses équipes énormes, son budget impressionnant (6 millions d’euros, rappellons-le, ce qui permettrait à toute la presse belge de couvrir le Festival pendant des dizaines d’années) et son Grand Journal où toutes les stars se doivent de passer en priorité pour des audiences qui feraient marrer les représentants de la télévision ukrainienne. La chaîne organise aussi des soirées dans sa propre boîte, privée bien évidemment. Et une party dans une villa chic. Où se pressaient Orlando Bloom, Roschy Zem, Jean-Marc Barr, Luc Besson, Frédéric Begbeider, Arianne Massenet, Daphné Roulier ou Anne-Sophie Lapix. Il y a pire.

     

     

  • Un éléphant et des nudistes

    Merditude...

     

    17_18_57_992452000_01732525.jpgLe film flamand, La merditude des choses, qui présente sur son affiche des cyclistes complètement nus, a été accompagné d'un défilé de cyclistes barbus et nudistes sur la Croisette. A savoir le réalisateur Félix Van Groeningen et les quatre comédiens principaux du film. Classe...

     (Photo Belga)

    Préoccupations essentielles

     

    Tatiana, une ex-candidate de Secret Story, a apporté sa (toute) petite touche de poésie pour commenter la montée des marches. "Christophe (Guillarmé) aime tellement la féminité qu'il ne met pas beaucoup de tissu. Pour ma première montée des marches, l'année dernière, il m'avait prêté une robe assez courte devant. Moi, je n'avais qu'une seule peur: qu'on voie ma minette ! En fin de compte, il y a eu un coup de vent et tout l'arrière de ma robe s'est soulevé. Résultat: tout le monde a vu mes fesses." La grande classe.

     

     Le business, c'est comme le sexe

     

    Pour rester dans le domaine de la pub toute en subtilité, voici le slogan qui accompagne le communiqué de presse de Middle Men: "Une histoire vraie qui prouve que le business est un peu comme le sexe: entrer est facile, en sortir difficile." La très grande classe...

     

    Un éléphant cinéphile

     

    Après la lionne du V.I.P. Room, les dinosaures du Festival, les acteurs qui font les cabots à l'écran ou le singe devant les photographes,  voilà qu'un éléphant blanc a remonté la Croisette pour poser sur le tapis rouge, au bas des marches du Palais des Festivals. Tout ça pour faire la pub d'un hôtel. Souvent attaqué en tant que grand cirque médiatique, ce Festival est en train de tourner au zoo.

     

    Le coup du chapeau

     

    22_11_55_145238000_01731818.jpgLe chapeau revient en force à Cannes. Après Jacques Audiard, affublé d'un couvre-chef digne des Tontons flingueurs (film dont les dialogues ont été réalisés par son père, Michel Audiard), Matthew Modine a lui aussi monté les marches avec un canottier style belle époque. Pour ne pas passer inaperçu quand on n'a pas de film, comme Matthew Modine, c'est idéal.

     (Photo Belga)

    Claude Lelouch encore à la plage

     

    Claude Lelouch, qui a rendu célèbre la plage de Deauville avec Un homme et une femme, s'est retrouvé sur le sable cannois en compagnie d'une jolie brunette de 26 ans. Loin d'être inconnue puisqu'il s'agit de Lola Dewaere, la fille de Patrick Dewaere. Qui n'avait que 3 ans quand son papa est mort. "Dans ma mémoire, je n'ai que quelques flashs de mon papa, mais je sens qu'il est là, quelque part,  même s'il détestait la starisation, explique-t-elle. Moi aussi d'ailleurs." Elle rêve de suivre les traces de son papa en tournant à son tour avec Claude Lelouch. "La boucle serait bouclée", dit-elle.

     

    Question de point de vue

     

    C'est à Cindy Fabre, Miss France 2005, que l'on doit cette merveilleuse formule... qu'aucun photographe présent autour du tapis rouge ne partage: "On a toutes peur du tapis, de la chute. Cela dit, je préfère tomber que craquer ma jolie robe."

     

    Tarantino ambitieux

     

    23_20_31_721345000_France_Cannes_Bak-Jwi_Red_Carpet_CAN403.jpgQuentin Tarantino a clairement affiché ses ambitions dès son arrivée sur la Côte d'Azur, en faisant le signe de la victoire. Avec deux doigts, pour une deuxième Palme d'or. Pas sûr cependant qu'avec Isabelle Huppert comme jurée, il parte avec les faveurs des pronostics.

     (Photo Belga)

     

    Pas de photo

     

    Quel est le point commun entre Vincent Cassel et Pierre Sarkozy ? Ils refusent tous les deux d'être photographiés (un défi drôlement ambitieux à Cannes...). Le premier parce qu'il s'est fait raser le crâne pour les besoins du nouveau film de Romain Gavras; le second, parce qu'il est là pour préparer des clips et que ce n'est jamais idéal pour un fils de président de se faire photographier durant une party.